Intérieurs (21)

Publié le par Bartlebooth


    

   

   

[Tas des monuments d’ici. S’abstenir vidé en colline éboulée. Tous mes jardins portent leurs méandres comme tout le monde s’assouvit, s’éclaircit, se soumet. Inhumain comme lieu découvert. La ville ne se laisse pas entièrement observer, elle bloque le dormir dans ma chambre. Je déplie. Chez moi je marche dans mon armoire, je boucle et m’assois, et m’assois, j’entre, porte la chose dans un autre monde habitude, l’une l’autre, manger maison. Vagin, souviens-toi, tu es au loin, de quel pays endormi, heureux plus du tout s’ouvrant au simple présent. En feu le même corps à jour, la mort, et l’inhabituel c’est la facticité déniaisée, verrou de salope qu’il faut (qu’il fuyait) plomber dans un recoin de mon imagination. Je ne suis pas en quête d’un roupillon, contraire même, jouissance avec la signification qui surgit si vous le faites vous-mêmes. Il y a une complication, il y a que le vivre dépasse.]

Humidité sans doute mais peut-être vieillissement du silence, simple silence, immensité silence. L’oreille étouffe, l’oreille c’est tout. Il ne pleut plus, plus sur lui moi, sa tête l’espace en surface. Jambe, mon oreille s’enfonce, je suis debout. Des bruits à l’infini, grouillements, gémissements, hurlements, monde pour toi toujours fade. La moiteur sur la ville, les voix, mon rêve, ta chair, les yeux pesants, la voix des ombres davantage, ton absence soudain s’éloigne. Corps léger à peine, maintenant découpe, les yeux, mon absence serrée découverte, s’enfoncent, disparaissent. Les lèvres immobilité disparaissent, arrêt sombre mord les draps, les yeux d’incompréhension disparaissent. Temps long longtemps qui retombe, choc long très long sur moi.

 

Publié dans Intérieurs

Commenter cet article