On !, d'Onuma Nemon

Publié le par - Bartlebooth


Le livre-somme qui manquait. D'abord un objet. Un pavé, 1144 pages et un CD de lecture par l'auteur. Une couverture qui, on le comprendra, annonçait un livre qui est aussi une carte à explorer. Des photos, dessins sur demi-pages ou en vignettes dans les marges. Cela commence avec un air de Maldoror

Le quai brille à présent avec sa densité de néons en premier plan. C'est Lui d'abord qu'on voit en arrivant. A peine sevré du lait maternel, pour ainsi dire le lendemain, Didier se leva en souriant avec des dents noires ! Il en avait peu mais ça suffisait : il avait mordu à La Mort dans la Nuit. Cette teinte d'encre qui gagnait tout avait pénétré au coeur même de la porcelaine ; on eut beau lui laver la bouche tant et plus, rien n'en partit ni ne déteignit. Dès lors, il tomba malade, gardant toujours ce sourire atroce de Saint jusqu'à la fin, ce sourire insupportable ! [...] (p.1)

Quelques pages plus loin, on voit qu'Onuma Nemon écrit cu comme Artaud. On sent bien d'autres présences littéraires. Le livre est composé de chants, comme, chez les modernes, Guyotat et Pound, et comme chez eux, il y a la langue, les langues. Et c'est bougrement poétique.

Mnémosyne avait encore comme replis ce jardin dont l'époque était non rasée, appartenant à l'Aïeul l'Astronome des Trams, et ses filles avec elle, sur le sentier qui mène à Arlac, parmi le calme d'innombrables autres et divers jardins tout aussi remplis, bouffants de rhubarbe et de dahlias et des fumées ralenties issues des mirus, des poêles au fond des cabanes et des moindres feux de guérites, dont l'idée de bois brûlé advenait toujours avant qu'on en distingue l'odeur, dans cette coupole automnale de pays rare, fausse brume ainsi déposée un instant sur de rares plantations, à l'hirsute surgissement de leurs jonctions, qui déportait l'auréole de la signification sur les choses autrement que de simples "ceci". [...]
(p.74)

Page 75, je viens de terminer le premier chant. Il faudrait déjà le relire.
A la rencontre des premiers commentaires qu'a recueillis le livre, et auxquels je vous renvoie ci-dessous, je suis à peine étonné de voir un éloge par Michelle Grangaud et pas du tout surpris d'apprendre que Claro se déclare admirateur de l'oeuvre. 

- bio-bibliographie d'Onuma Nemon (éditions Verticales)

sur On ! :
- article de Michelle Grangaud (Sitaudis)
- article de Baptiste Liger (Lire)
- article d'Alain Nicolas (L'Humanité)

sur Ogr, son livre précédent :
- article de Jean-Christophe Millois (Prétexte)
- article de Marc Blanchet + entretien avec l'auteur (Le Matricule des anges)
- article de Bastien Roques (Chronic'art)

 

Publié dans Lectures

Commenter cet article