Festival Disco-Babel

Publié le par - Bartlebooth



Les impressions laissées par le premier festival de Disco-Babel perdurent agréablement. Il fut beau et enivrant, comme un événement rare, voire comme la vérité qui suit : "Le système des gammes, des modes et de leur enchaînement harmonique ne repose pas sur des lois naturelles invariables, mais il est, au contraire, la conséquence de principes esthétiques qui ont varié avec le développement progressif de l'humanité, et qui varieront encore". C'est dire !
Quand je suis arrivé, je me suis tout de suite senti dans mon élément, le dj diffusait de l'électro-pop du début des 80's : Kas Product, Mathématiques modernes, Elli & Jacno...
La première partie de ces sept heures de concerts sans interruption - seul inconvénient : faire tenir dans le temps imparti tous ces concerts a un peu speedé les intermèdes, qui auraient pu permettre de prendre le temps d'un verre, d'intérioriser ce qu'on venait d'entendre, de partager et même d'écouter la musique programmée par Marcoeur -, cette première partie, très intimiste, fut une succession de moments très émouvants : la simplicité et la délicatesse de Fenech entre guitare, xylophonie et piano-jouet, la sobre rage de Tazartès disant Artaud et Rimbaud en s'accompagnant de chants et mélodies orientales, la pureté du très rock'n'roll Grimo faisant du Fahey bruitiste, la puissance extraordinaire d'Hayward dans le cri et la pulsation. Belle découverte, Hayward !


The Chap

J'avais mal réglé mon appareil, les photos ne sont pas très bonnes. Je suis tout de même content d'avoir pu saisir la variété des expressions de Ted Milton, jovial punk not dead complètement déjanté. Jubilation devant un tel déchaînement ! The Chap, très entraînant, mélangeant tous les aspects du rock et de l'électro. Et le Club des chats ! très doués, complètement miaou-miaou, volontairement naïfs, ça m'a rappelé à la fois Lizzy Mercier-Descloux, Cibo Mato, et même les Young Marble Giants ou Wire, mais bon je me comprends.




Blurt

Bravo à Disco-Babel et aux artistes pour ces moments rares !
Et maintenant, en avant [h]apax !

P.S. : si la mort du pape vous émeut, allez donc voir ce clip de Blessed Easter, d'Holger Czukay, avec la vénérable participation de his holyness popestar and his swinging nuns ! (piste 4)

Publié dans Musique

Commenter cet article

le nonox 27/04/2005 22:39

C'est le "ps" qui attiré mon oeil... Holger Czukay...! Hasard du web... plaisir de voir qu'il n'est pas oublié... Salutations inconnues mais sincères.

Pascal 05/04/2005 21:38

Elles sont superbes ces photos!