Li ia ées et gy nos er es (1)

Publié le par Bartlebooth



ce petit bout d’idée retouchée
ne fonctionne qu’avec un paradigme bouché
donne en sortie une scène un voyage
de bout d’idée mais d’idée qui commence
en branche et le champ de beauté
place la racine du bois (libre
comme en douve, brisé, l’amoureux
se signale en jouissance de réel minimum, de folles échappées
sur des traces d’incisions) : l’ennuyeuse rencontre
d’un crâne coïncidant
avec l’incrustation par anal. Un désert poétique
serti de syntaxe
un désert s’effaçant, son os
pensant signal, abstraction, dans une coulée
de babil dont la rose tombe
sans nom de quelque chose douce, ne tombe pas
de délice : l’évidence
tranquille noire d’angoisse




Publié dans Bartlebooth

Commenter cet article

m. 10/05/2006 07:01

La syntaxe poetique se trouve des pretexte pour ne pas echouer noire d'angoisse...
J'aime ce texte dans sa complexite, meme si je ne comprends pas toujours les passages a la ligne...