Les doigts dans l'eau

Publié le

Pour suivre ma trajectoire
des femmes se caressent
de l'animal
sur le mot d'ordre
lancer le seau
et je bois avec délectation
elles s'embrassent encore un peu

on se trempe les pieds
mon corps entier
frissonne
hop d'un homme
avec toi on en a grand besoin
nous attendait sur les genoux
et franchissait la porte

planés très près
appropriés
et la glisser ensuite
l'humidité
l'anneau glissé
en lait à l'aide
je pense que je suis

sur le pourtour de la coupe
et lissé avec
cuillère en bois
la chose sans cause
par chrysalide
sur les lèvres
prises de panique

pour me rafraîchir la langue
de zinc
sans manivelle vitamine bénite
la descente à tout vent
et tant pis
amande douce la crème en la béance
de ta bouche j'ai bien vu

science de la vie les larmes
du poisson au plus profond
au fond du verre
qu'il plonge
en se tournant les pouces
d'ennui c'était moi que je touchais
lequel doit commencer limite l'épaisseur

là-dedans pour voir
si elle tapote
un tube
et l'autre main met
pleine lune
entre la ventouse et le vin pur
à lame large reflet pareil

Publié dans Bartlebooth

Commenter cet article

Marie 27/04/2005 11:45

"Développez en vous un profond ressentiment à l'égard de la vie. Ce ressentiment est nécessaire à toute création artistique véritable."
"Apprendre à devenir poète, c'est désapprendre à vivre."
J'aime bien Houellebecq mais ses aphorismes en forme de leçons de vie, déprimant. On dirait Beigbeder.
Continue.
Marie

arte 19/04/2005 13:41

Ca t'ennuie toi quand je Tag ton blog ?