Quelques hantises mineures (1)

Publié le par Bartlebooth



noire en toile grasse l’évidence avance en aveugle
pendu qu’on regarde les yeux mi-clos
                                                              - chantier abstrait
chantier de fleurs séchées, au milieu de ce décor pas de danse
et toi l’œil -
                         plus noire elle attire plus
la formule la                                               nature
                       (quelconque) (insondable)
qu’une                                                         ellipse
                         (musicale) (symbolique)
de stupeur. Voilà la vision d’espoir
à la loupe
                 l’inévitable à trous se croise hésitant
au bruit de chute, langoureuse dans de petites touches ?
                                                                                          ci-dessous
l’inconnue qui la pense fragmente, échappée, et qui
l’exhibe d’un quart, l’étendue, est une machine
qui vide ce que l’on suppose
d’écho de bouche
                             à chaque
fleur nue renoncée
                             à cette
tête qui renaît pour nous saisir, nous l’angoisse correspondante
nous tendant : l’insensé, l’un sans l’autre, le trait d’encre sur
elle-même la nudité orientée vers l’abîme d’elle-même



Publié dans Bartlebooth

Commenter cet article