Li ia ées et gy nos er es (2)

Publié le par Bartlebooth

 

aussi être une gomme
par laquelle le doute crée
une mémoire meilleure, la tête
à manquer les gestes des statues
déchire l’œuvre
qu’elle hallucine
dans des organes tricotés.
Une impulsion mimétique
où les lignes croisées écartent l’information
morte.

 

 

Publié dans Bartlebooth

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

botanis 08/09/2006 21:55

même pas dur, liliacées et gymnospermestiens, je pensais pas que c'est avec le pendu qu'on faisait les poèmes hermétiques !

Bartlebooth 05/09/2006 12:35

Pour ces questions philosophiques, je ne sais pas. Ou je ne me les pose ni en ces termes ni dans cette démarche logique (syllogistique ?). L'essence de la poésie, c'est peut-être, pour moi et entre autres, d'être ambiguë & en dehors de la logique et des concepts & de n'être pas fonctionnelle (--> inessentielle ?)."Soit entre-dit" pour "soit dit entre nous", oui, était une allusion à ton "s'entredire" lu ailleurs.

Varna 03/09/2006 14:03

> Bartlebooth : j'avoue ma faiblesse pour la pendaison. Mais peut-être si le chat veut bien de ma langue....
L'essence de la poésie ? Mais c'est vous le poète : votre étonnement de voir Blogmaster "attaché à un sens immédiat ou tout simplement au sens " traduit explicitement ce que le poème dit implicitement : un autre usage du langage.
Autre usage = autre fonction. Autre fonction --> autre essence ?
Que signifie l'expression "soit entre-dit" ? Une allusion au "s'entredire" ?

Bartlebooth 02/09/2006 10:20

Blogmaster, tu m'étonnes à sembler être attaché à un sens immédiat, ou tout simplement au sens.Varna, soit entre-dit, le titre en miettes est assez facile à lire, tu n'as jamais joué au pendu ?Pourquoi pas la piste de la mémoire morte, mais alors en prenant en compte que sa traduction littérale est "mémoire en lecture seule". Quant à l'essence du poème, je suis curieux et inquiet de savoir de quoi tu parles.

Varna 01/09/2006 14:02

> Blogmaster : c'est normal, une gomme a effacé la mémoire morte. Il ne reste que l'essence du poème (et son titre en miettes, pour pas non plus que l'on comprenne ;-))