Intérieurs (9)

Publié le par Bartlebooth


    

   

   

[A droite, sur le plan, de l’allée ravinée, serre de près de tout œil percé]

Une porte dérobée dont les contours, invisibles et sinueux, épousent exactement la forme des saillies, en échine, d’un panneau mouluré, s’ouvre sur un autre monde possible, un pli qui enveloppe ces parages discrets. Réseaux domestiques, toutes machines parlantes ou muettes.
La chambre cachée, attendre patiemment photographique […]

A distance. Sans parler. Belle petite fenêtre. Battement d’ailes. Rêve d’absence. Tous les petits oiseaux dans un puits plus noir, des tous petits crissant. La vie d’un homme, une lacune. La rafale, à l’intérieur inconnu de lui, traversait ce nid infecté. Côté jardin, les restes calcinés. Flashes. On sort le corps du palais où se glisse un pays solennel, on vole.

Dans les sous-sols, premier frisson de crainte, l’angoisse cette mort dans le jardin pour une raison que j’ignore. Vide, via la rue sous l’œil souvent, il entre dans le texte miroir qui donne sur un escalier denté : une bibliothèque de chantier, parcourir les livres pendant un bout de temps.
Dressing-room dérobé de bure et je me réveille.

 

Publié dans Intérieurs

Commenter cet article