Intérieurs (16)

Publié le par Bartlebooth


    

   

   

[Là. Il faut un endroit comme cela. Un espace très réduit. Mais là, j’ai suffisamment de place toute la nuit pour (…) sans qu’elles (…). De toutes façons, je n’ai pas l’impression qu’elles (…). Dans une toute petite ville, à presque minuit, il faut que j’aille acheter quelques machines à piquer tête vague jouissance. Je m’en fous sans pouvoir bouger, très peureux. Je ne peux pas le faire. J’aimerais jeter des choses mais j’entends les cris des gonds. Je reviens dans ma cuisine un peu par hasard.]

Il suffit parfois d’un flash dans un miroir pour être moi hilare et toi prise de panique. Le reste, c’est crème de nuit, tête enfoncée dans la peau et mains qui collent. Se frayer un chemin jusqu’aux crampes dans les confidences, et puis dormir suspendus sans voix aux feuilles cotonneuses, aux fleurs à cœur volé, les mains attachées au poupon déchiré. Le quotidien sursaute dans ton sommeil, les fantasmes aussi, exorcisés par tes ronrons. Tu t’extirpes de la nuit marquée de ton empreinte, de ton souffle sans écho. J’ai le goût d’enlacer les poupées onduleuses qui éblouissent l’œil comme l’invisible s’accroche quand j’y songe. Mais la caméra dévoile l’intérieur, qui se fixe ; ce que je vois, c’est l’ombre de la connectée, a peine sortie, à côté : si elle cherchait l’inflexion musicale, juste, elle prétendrait sûrement que tout est joué. Je vous revois comme si vous étiez là.

 

 

 

Publié dans Intérieurs

Commenter cet article

Bartlebooth 17/10/2005 10:37

Beau retour, Shaahnaah !
Bises

shaahnaah 15/10/2005 01:03

Un service interieur
aussi vicieux que le service exterieur !
Mon cher, quel secteur !

Des petites fuites d'eau,
Tres lourdes ces eaux,
de Biblis a Temelin,
vont faire trembler le Kremlin !

Je m'en fous,
Me diras-tu debout.
Car de ces fous
Le monde s'en fout !

Le coq de son clocher
fait trembler le plancher.
Alors, le menuisier
fait rire le justicier
qui n'a plus de metier !

La rose des vents change la direction du courant
Et la verdure declare en volant
Que les routes du ciel dependent du cerf-volant !

Seigneur que les ambassadeurs sont lents
A reagir pour sauver des enfants !
Le soleil va se reveiller en sautant
Face au paiement des charlatants ...

Un petit coucou de thaah
qui retrouve Naah
dans un interieur tres shaah !